RGNR
30.9K subscribers
17 photos
3 videos
24 links
Suivez les dernières actualités de l'équipe RGNR !
Download Telegram
to view and join the conversation
[EXTRAIT N°3 - MAGAZINE REGENERE SUR LA #VACCINATION]

Les anticorps, aussi appelés immunoglobulines, sont des complexes protéiques qui sont produits tardivement dans la réaction immunitaire naturelle. Dans le modèle classique de l’immunité, le niveau d’anticorps s’élève en présence d’un antigène (rappel : élément reconnu comme étranger et indésirable), pour se lier à lui et déclencher sa neutralisation. Selon le Centers for Disease Control and Prevention (CDC), "L'immunité contre une maladie est obtenue grâce à la présence d'anticorps dirigés contre cette maladie dans le système d'une personne". Ils sont donc considérés par la science vaccinaliste comme les marqueurs de l’immunité : l’efficacité d’un vaccin se mesure au niveau d’anticorps circulants dans le sang. Ce principe, qui ramène une réponse immunitaire efficace à la seule présence d’anticorps, est mis à mal par les nombreux exemples de personnes vaccinées qui contractent ensuite les symptômes de la maladie malgré de hauts niveaux d’anticorps vérifiés¹. Autrement dit, la production d’anticorps induite par les vaccins n’est pas synonyme d’efficacité clinique réelle du vaccin, c’est-à-dire d’absence de maladie réelle donc d’immunisation contre la maladie.

Par ailleurs, lorsque la substance antigénique (la substance qui cible l’antigène) dans le vaccin n’induit pas suffisamment l’élévation d’anticorps spécifiques, les industriels ajoutent de l’aluminium comme adjuvant pour augmenter cette réponse. Bien qu’il existe une théorie controversée sur l’action de l'aluminium dans la production d’anticorps réactionnels - celle de retenir les antigènes au point d'injection et à y attirer les cellules du système immunitaire pour améliorer l’efficacité du vaccin - en réalité les scientifiques admettent avoir une faible compréhension des mécanismes biologiques de l’action de l’aluminium sur la réponse immunitaire avec quasiment pas d’études examinant l’influence de l’aluminium seul dans la réponse vaccinale. Nous ne savons pas si l’ajout de cet adjuvant va induire une élévation d’anticorps spécifiques à l’antigène ciblé ou spécifique à l’aluminium. En effet, l’aluminium est considéré comme un élément étranger puisqu’il n’est pas utile à notre physiologie comme le sont d’autres métaux (fer ou cobalt). De ce fait, il stimule logiquement notre réponse immunitaire, mais rien ne prouve que cette dernière s’opère contre le microbe responsable de la maladie ciblée et non contre l’aluminium ! L’aluminium étant étranger pour le corps - mais aussi toxique (voir travaux du Pr Christopher Exley et du Pr Romain Gherardi) - cela vient appuyer la conclusion selon laquelle l’augmentation des anticorps après un vaccin contenant de l’aluminium ne serait pas tant le marqueur d’une protection immunitaire efficace vis-à-vis de l’antigène ciblé que le simple marqueur de la présence d’éléments étrangers non-désirés.
Pour finir, une autre question s’est invitée : et si les anticorps n’étaient pas seulement des éléments qui ordonnent la neutralisation des éléments étrangers non-désirés par l’organisme ? Et s’ils étaient aussi des éléments qui ordonnent le nettoyage des substances inutiles, mortes ou toxiques par l’organisme ? Cette hypothèse est soutenue par les travaux de Poletaev et ses confrères² qui soutiennent qu’une des fonctions importantes des anticorps est l'élimination des résidus des sous-produits métaboliques, des cellules défectueuses et des substances toxiques. Cette hypothèse est appuyée par le fait que le pic d’anticorps arrive de façon tardive lorsqu’une maladie est contractée naturellement, soit 2 à 3 semaines après le début des symptômes (en phase de convalescence). Par ailleurs, après ce pic d’anticorps, on observe que ceux qui développent des symptômes légers voient leur niveau d’anticorps neutralisants décliner très rapidement, alors que ceux qui avaient manifesté des symptômes sévères gardaient leur niveau d’anticorps élevé bien plus longtemps. Pour les chercheurs, la conclusion est que les personnes sévèrement touchées sont les plus protégées car elles le sont plus longtemps³. Ne faudrait-il pas conclure autrement ? Plus l’individu a un terrain encrassé, plus il développe des symptômes forts lors de sa rencontre avec le virus (car le virus apporte une information pour harmoniser le terrain) et plus longtemps sont présents les anticorps pour nettoyer le terrain (voir notre article sur “La théorie du virus utile” dans notre numéro 5).

¹Source : Fifteen year follow up of trial of BCG vaccines in south India for tuberculosis prevention, 2013 (pas d’auteurs listés)

²Source : Immunophysiology versus immunopathology: Natural autoimmunity in human health and disease, 2012 (A.B.Poletaev, et al.)

³Source : Longitudinal evaluation and decline of antibody responses in SARS-CoV-2 infection, 2020 (Jeffrey Seow et al.)

https://magazine-regenere.fr/
C'est avec joie et fierté que nous vous proposons aujourd'hui en exclusivité sur telegram un entretien exceptionnela avec Eric Ancelet auteur de "Pour en finir avec Pasteur". Lors de cet entretien de 2h30, Eric retrace pour nous l'histoire de l'innoculation préventive imroprement nommée "vaccination" en la replaçant dans son contexte social, politique et surtout idéologique. Du mythe au dogme et du dogme à l'effondrement, c'est un voyage passionnant et essentiel à travers l'histoire qui nous est proposé ci. Eric a largement contribué au prochain numéro de la revue régénéère : https://magazine-regenere.fr/ qui s'intitule "Vaccination: comment s'y retrouver" . Merci de partager en masse cette vidéo sur tous les supports.
[EXTRAIT N°4 - MAGAZINE REGENERE SUR LA #VACCINATION]

La vaccination ne se définit pas tant par la méthode/technique employée, mais par les résultats qu’elle prévoit. En effet, la vaccination recouvre un ensemble de procédés très disparates, ayant beaucoup évolué avec le temps, qui visent à stimuler la réponse immunitaire, principalement en cherchant à augmenter le niveau anticorps, et ce dans le but de prévenir les maladies. Nous ne discuterons pas l’efficacité et l’innocuité des différents types de vaccins, nous vous renvoyons pour cela à l’excellente série de livres “Vaccins & Société” du médecin Michel de Lorgeril (éditions Chariot D’Or). Nous nous contenterons de définir les grands types de vaccins existants.

💉Les vaccins vivants atténués

Les vaccins vivants atténués contiennent des germes vivants qui ont été modifiés pour leur faire perdre en théorie leur virulence et leur contagiosité. Or il y a un manque de transparence concernant les méthodes d’atténuation, et si l’agent pathogène a subi une mutation provoquée pour être atténué, il y a toujours un risque de nouvelle mutation plus virulente. Bien qu’ils soient utilisés contre des virus ou des bactéries, ils sont surtout employés pour des virus. C’est le cas notamment du vaccin ROR (Rougeole-Oreillon-Rubéole), contre la fièvre jaune et contre la typhoïde.

💉 Les vaccins tués ou inactivés

Les vaccins tués ou inactivés contiennent des bactéries ou des virus qui ont été détruits par la chaleur ou des produits chimiques. C’est le cas notamment du vaccin contre la poliomyélite, la grippe, l’hépatite A et la rage. Contrairement aux vaccins vivants atténués, ils ne risquent pas de muter ou d’être contagieux. En revanche, l’immunité serait beaucoup moins efficace et beaucoup moins durable, c’est pourquoi il est arrivé que des personnes ont contracté une forme de la maladie plus virulente après avoir reçu un vaccin inactivé. De plus, la notion de virus mort pose des questions, puisqu’une grande partie de la communauté scientifique considère qu’un virus n’est pas vivant par nature.

💉 Les vaccins de toxoïde

Les vaccins de toxoïde utilisent les toxines sécrétées par les bactéries ou le virus qui sont responsables des symptômes dans certaines maladies. Ces toxines ont été modifiées pour leur faire perdre leur toxicité, on les appelle les anatoxines ou toxoïdes. Ces anatoxines sont censées induire la production d’anticorps antitoxines par notre système immunitaire. Comme ces vaccins ciblent la toxines, ils immunisent contre les symptômes mais n’empêchent pas l’infection et la transmission de la maladie, ce n’est donc pas un vaccin dit altruiste qui nécessite une couverture maximale optimale. C’est le cas notamment du vaccin contre la diphtérie et contre le tétanos dont les toxines ont été atténuées par un procédé biochimique contenant du formaldéhyde. Ayant constaté qu’un certain niveau d’anatoxine a des effets neurotoxiques, pour amoindrir les doses tout en augmentant la réponse immunitaire, les industriels ajoutent l’aluminium comme adjuvant et combinent systématiquement ces vaccins avec d’autres dans la même injection, comme avec l’hexavalent DTC-HepB-P-Hib (diphtérie, tétanos, coqueluche, l'hépatite B, poliomyélite et l'Haemophilus influenzae type b) obligatoire pour les nourrissons depuis 2018.

💉 Les vaccins conjugués

Les vaccins conjugués contiennent une conjugaison de polysaccharides (qui sont destinés à cibler la capsule qui protège les bactéries du système immunitaire) et des protéines immunogènes (telles que des anatoxines) pour rendre ces vaccins polysaccharidiques plus efficaces. C’est le cas des vaccins contre le pneumocoque, le méningocoque et l’Haemophilus influenzae.
💉 Les vaccins de sous-unité

Les vaccins de sous-unité contiennent, non pas le germe entier, mais seulement certains composants du germe ciblé, généralement les molécules antigéniques de celui-ci. Les antigènes dans les vaccins de sous-unité étant insuffisants pour induire une réponse immunitaire suffisante, des adjuvants sont ajoutés. Ces vaccins sont obtenus par génie génétique et constituent une rupture avec les vaccins antérieurs dans le sens ou il ne s’agit plus d’utiliser le totum du virus mais seulement une partie isolée. C’est le cas du vaccin contre la coqueluche et contre l’hépatite B.

💉 Les vaccins recombinés

Les vaccins recombinés (dits aussi vaccins à protéines recombinantes) sont aussi fabriqués par génie génétique. Ce sont des vaccins qui injectent une protéine du virus connue comme immunogène à l’intérieur des cellules afin que celles-ci produisent des anticorps spécifiques. Cette technologie est utilisée depuis 2016 pour un vaccin contre la grippe.

💉 Les vaccins à ARNm

La dernière étape à franchir est réalisée par les vaccin à ARNm qui n’injectent plus une protéine immunogène mais l’ARNm qui permet à la cellule elle-même de produire cette protéine. Nous développerons plus dans l’article qui est dédié spécifiquement à ces vaccins en fin de magazine.

https://magazine-regenere.fr/
[EXTRAIT N°5 - MAGAZINE REGENERE SUR LA #VACCINATION]

Un vaccin dit altruiste est un vaccin qui assure une protection communautaire, c’est-à-dire qu’en se vaccinant on se protège non seulement soi mais aussi les autres en empêchant la transmission de la maladies aux personnes fragiles qui ne peuvent pas se faire vacciner. Pourtant, plusieurs vaccins ne le sont pas. Par exemple, le vaccin contre la diphtérie et le tétanos n’empêchent pas la transmission de la bactérie puisque le vaccin utilise et cible la toxine sécrétée par la bactérie responsable de la maladie : il immunise donc contre les symptômes mais n’empêche pas l’infection et la transmission de la maladie. Or jusqu’en 2018, le seul vaccin obligatoire pour les nourrissons était le trivalent DTP (Diphtérie-Tétanos-Polio). Parmi les vaccins non altruistes, on peut aussi citer le vaccin BCG contre la tuberculose, le vaccin acellulaire contre la coqueluche, le vaccin de sous-unité contre l’hépatite B, les vaccins conjugués contre le pneumocoque, le méningocoque et l’Haemophilus influenzae… Or depuis 2018, parmi les 11 vaccins obligatoires, on trouve pourtant l’hexavalent DTC-HepB-P-Hib (diphtérie, tétanos, coqueluche, l'hépatite B, poliomyélite et l'Haemophilus influenzae type b), et les vaccins PnC (pneumocoque) et MnC (méningocoque).

https://magazine-regenere.fr/
Attention, il ne reste plus que demain et aujourd'hui pour vous inscrire (pour ceux qui ne sont pas abonnés) https://magazine-regenere.fr/
[EXTRAIT N°6 - MAGAZINE REGENERE SUR LA #VACCINATION]

La pression sélective ou pression de sélection est un phénomène qui se traduit par l’évolution d’entités biologiques lorsqu'elles sont soumises à certaines contraintes non létales, c'est-à-dire des contraintes suffisantes pour limiter leur multiplication et leur action mais insuffisantes pour les éradiquer complètement. Ce phénomène connu de la recherche depuis le XIXème siècle (travaux de Lamarck puis de Darwin) n’est malheureusement pas pris en compte dans le choix des méthodes de traitement. En effet, quand un traitement cible une forme virale ou bactérienne déterminée, que ce soit par un antibiotique ou par un vaccin, il va exercer de fait une pression sélective qui va amener le développement des formes variantes résistantes à ce traitement. Ceci est d’autant plus vrai lorsque la pression sélective est étroitement ciblée (antibiotique spécifique à une seule forme bactérienne ou vaccin spécifique à un seul sérotype dans le cas des virus) et si cette pression n'est pas létale sur une longue période de temps. Ainsi cette pression de sélection va bloquer le développement de cette forme spécifique pour un temps et favoriser l'émergence de nouveaux variants. C’est l’illustration que le vivant s’adapte toujours et évolue sous la contrainte.

DERNIÈRES HEURES AVANT LA CLÔTURE DES INSCRIPTIONS
https://magazine-regenere.fr/
Nouveau podcast disponible : Physiologie et santé épisode 11 « La fin du modèle Pasteurien »
Le lundi c'est le jour des actualités chez RGNR alors aujourd'hui nous vous partageons une conférence de Ernst Wolff lors du contre sommet de Davos. Auteur, journaliste et expert en matière d’économie et de finance mondialisée, Ernst Wolff a réalisé une exposition concise sur l’ensemble du mensonge Covid qui démystifie la fraude de A à Z. Prenez le temps d'écouter jusqu'au bout, cette analyse est magistrale.

Il révèle et montre en détail les personnes dans les coulisses, où ils nous mènent, pourquoi ils le font et pourquoi éventuellement, ils échoueront… Il termine par un message plein d’espoir sur ce que nous pouvons faire pour empêcher que la vision dystopique du Schwabisme et de ses partisans ne devienne « la nouvelle normalité » et ainsi sauver l’humanité de la dictature totale et de l’esclavage. Merci à Salim Laïbi, Le Libre Penseur pour sa traduction et pour son travail rigoureux et de qualité. https://reseauinternational.net/le-gros-mensonge-du-covid-demasque-conference-de-ernst-wolff/
Physiologie et santé épisode 12
Nouveau podcast disponible : Physiologie et santé épisode 12: Détoxification & élimination, deux rythmes à connaitre et respecter.
Physiologie et santé épisode 13
Nouveau podcast disponible : Physiologie et santé épisode 13: On reparle de détoxification & élimination, mais aussi de ménage dans la maison, de cures de melon et de symptômes aigües lors du changement de mode de vie. 😁
Le jus sanguinaire ! 🩸
[RECETTE DU JUS «  SANGUINAIRE  »]

Un jus de saison spécial pour renforcer le système cardiovasculaire (il paraît que certains vaccins le mettent à mal...), favoriser le drainage hépatique et vous régaler tout simplement  ! C'est la pleine saison des grenades et les agrumes d'hiver arrivent alors on va juicer  !

▪️ Le temps de préparation : Une dizaine de minutes selon votre dextérité.

▪️ Le Matériel  : un extracteur de jus (voir les liens en bas de ce message pour des promos chez nos partenaires).

▪️ Les ingrédients :
- 4 betteraves rouges
- 2 grosses grenades
- 3 oranges sanguines (ou non)
- Un peu (ou énormément  !) de gingembre

▪️ La préparation  : Découpez les betteraves, épluchez les oranges et préparez les grenades (voir lien vidéo ci dessous) puis passez les dans l'extracteur en alternant les produits.

10 % de réduction sur toute la boutique Warmcook dont les extracteurs Kuvings: Rendez-vous sur : https://www.warmcook.com/ avec le code : REGENERE10

10 % de réduction sur une sélection de produits de la boutique Vidya dont les extracteurs de jus : Rendez-vous sur : http://rgnr.li/vidya avec le code : REGENERE10

10 % de réduction sur les extracteurs de la marque SANA : Rendez vous sur http://rgnr.li/lechoubrave avec le code : REGENERE10

Lien pour la vidéo de Thierry Casasnovas sur la préparation des grenades :
https://www.youtube.com/watch?v=bpURr-PPmf8
Physiologie et santé épisode 14
Nouveau podcast disponible : Physiologie et santé épisode 14, On parle toujours d'élimination, de cure du foie, de purge intestinale, bref de tout ce qui peut sortir du corps ! Bonjour à toutes et à tous ...