Comment lutter contre les attaques informatiques
10 subscribers
1 link
Download Telegram
to view and join the conversation
Comment lutter contre les attaques informatiques ?



La sécurisation des systèmes informatiques est désormais un enjeu capital, étant donné qu’environ 120 000 attaques sont perpétrées au quotidien contre les entreprises dans le monde. Or, les ressources numériques sont indispensables pour le fonctionnement de la firme. Il serait donc dangereux de les laisser entre les mains des pirates ou de la concurrence. Par conséquent, les administrateurs sont en quête permanente de moyens de protection efficaces. Voici les plus pertinentes.

Filtrer les messageries


Les hackers se servent souvent des spams pour effectuer des intrusions dans les systèmes informatiques. Ce sont en réalité des emails indésirables abondamment envoyés dans les messageries des particuliers et des professionnels. Ces pourriels contiennent des fichiers attachés infectés. L’objectif étant de réduire la productivité de l’entreprise et de mettre à mal son réseau informatique. Pour remédier à ce type de piratage, cliquez sur https://www.altospam.com/actualite/2020/10/emotet-le-malware-le-plus-puissant-cette-annee. La plateforme propose, en effet, un logiciel SaaS antispam. Ce programme est en réalité un condensé de 4 systèmes anti-ransomwares, 16 antispams et 6 antivirus, tous ultra-performants. Le prestataire mise surtout sur des solutions éprouvées pour mettre définitivement la société à l’abri du hacking. Toutefois, le programme n’a pas besoin d’être installé. Une simple modification d’entrée DSN suffit pour actionner le filtrage des emails.


Sensibiliser les collaborateurs


Les salariés sont ceux qui se servent le plus du parc informatique. De ce fait, ils doivent être imprégnés des différents risques liés à un usage imprudent du matériel. Ils peuvent par ailleurs s’informer sur https://www.sekurigi.com/malwares-et-virus à propos des bons réflexes. Mais l’une des meilleures techniques de sécurité reste la personnalisation des mots de passe. Ils doivent donc opter pour des codes évolutifs, hors de portée des pirates. Il faudra aussi éviter de se rendre sur des sites non sécurisés.


Auditer le réseau local


Une analyse du système informatique de l’entreprise s’impose. Elle permet de lister les forces et faiblesses du réseau. Au passage, les mises à jour nécessaires seront faites pour renforcer son niveau de fiabilité. Un test d’intrusion est aussi capital pour jauger la capacité du système à résister à tout type de piratage. Aussi les vulnérabilités constatées seront corrigées au fur et à mesure. L’analyse des adresses IP des ordinateurs peut par exemple être faite sur https://nstools.fr.


Sauvegarder les informations


En dépit de la sécurisation du réseau, il faudra enregistrer systématiquement les données numériques. Cette précaution permet, en effet, de redémarrer les activités, même après un piratage. Cependant, le support externe de sauvegarde ne doit pas être connecté. Cela le protège contre les risques d’intrusion.


Activer son pare-feu


En plus de l’installation de l’antivirus, la configuration du pare-feu est indispensable. En réalité, Windows dispose d’un logiciel qui permet de limiter l’accès à internet des postes. Ce firewall est un bouclier important contre les cyberattaques. Pour ce faire, il requiert une autorisation de l’utilisateur avant l’exécution de tout programme. Ainsi, ce dernier a le temps d’en vérifier l’authenticité avant d’y accéder.


Configurer son SSID


Les pirates attaquent aussi via les réseaux wifi. À cet effet, il faudra les rendre inaccessibles aux intrusions. L’entreprise doit d’abord procéder à la modification du nom du réseau wifi (SSID). Ensuite, il doit limiter sa portée, et enfin, le rendre invisible. Dans ces cas, seuls les utilisateurs autorisés pourront le retrouver.


Sécurisation informatique : toujours plus de précautions


Aucune mesure ne sera de trop pour assurer la fiabilité d’un système d’information. Mieux vaut alors bien investir dans ce domaine pour assurer la pérennité de l’entreprise. Pourquoi ne pas, en plus, penser à une assurance pour la sécurité informatique ?