438 subscribers
40 photos
2 files
16 links
43m2 - c'est la surface moyenne habitée par habitant.e dans le canton de Vaud.
Download Telegram
Envie de nous aider mais pas le temps de prendre un shift? Pas grave, on a des besoins de première nécessité et un petit sac déposé par ici nous soulage.
Voici nos besoins du moment:
- couverture, draps, sac de couchage (et oui toujours, on a pas forcément le temps de tout laver, donner des draps propres, ça fait la différence quand on manque de confort)
- Ecouteurs (pour le sommeil de touxstes)
- Huile
- Chaussette, caleçon, chaussures
- Pomme de terre
- Pain
- Lait

Et si vous n'avez pas de temps, mais un peu d'argent, vous pouvez aussi nous soutenir : https://43m2.ch/don.html

Merci ❤️
En cette journée de grève féministe, on est à bout de serviette hygiènique, pas top! Si vous voulez nous en amener, c'est avec plaisir.

En plus de ça, des draps en masse et si vous avez des vieux téls qui trainent, y'aura des gens content.exs par ici.

Merci du soutien
Salut, un peu à la der, on recherche pour ce soir un.e interprète français-bulgare? qqnex a une idée?
Faire un shift, ça consiste en quoi ?
Tu te pointes et on t’explique tout en détail pendant le chevauchement de 30 minutes entre les deux équipes. Voici déjà quelques infos en gros :
Il s’agit d’avoir des présences sur place (entre 2 et 6 personnes selon les heures, dont toujours 1-2 personnes très habituées au lieu), les choses à faire sont plutôt variées. Il s’agit de : aider à l’entretien du lieu (vaisselle, ménage, autogestion un max mais avec ses limites, des fois faut donner un coup de boost), de discuter avec les gens qui parfois ont des besoins et c’est cool de les aider si on peut (CV, infos, besoin matériel), jouer aux cartes, répéter les règles de vie collective si besoin, aller laver des draps, boire des cafés, trier la nourriture qui arrive, checker les stocks et voir les besoins, jouer au ping-pong, checker les lits et les réservations, proposer des trucs, chiller avec les gens, ranger, demander aux gens de ranger, et tant d’autres choses,…

Et si tu as la possibilité de faire plusieurs shifts, ça nous arrange, plus tu viens, plus tu connais les gens et ce qu’il y a faire, et mieux tu te sentiras et verras tout ce que tu peux prendre en charge.
Si tu as un véhicule, c’est chouette de venir avec, on a souvent besoin d’aller chercher des trucs ou autre, ça aide toujours !

Inscris toi ❤️

https://xoyondo.com/dp/rruuBeaER7ac2Nr
D'ailleurs le frama a été prolongé car on est toujours là:). Alors si vous pensiez que ca s'arrêtait dimanche, c'est faux! Prenez l'agenda et venez y passer des moments.
Salut,
Pour une personne d'ici ayant trouvé un boulot de cuisot (youhouhou), on recherche des habits de cuisinier (pantalon, t-shirt, chaussure). Taille 42, t-shirt M, pointure 42. Qqn a des plans? Ou des habits de seconde main (ou première main)?
**LEVE LE CAMP**😳🖤
Voilà, on lève le camp ! Mais on ne le lève pas avec le sourire de la victoire. On le lève avec la lourdeur de la fatigue et de la désillusion. Une fois n’est pas coutume, mais aujourd’hui ce n’est pas le bras armé de la municipalité qui nous tire de là. Nous nous retirons nous-même en trainant des pieds. Nous nous retirons car nous sommes arrivé.exs au bout de nos énergies et peut-être de nos espoirs du moment. Cet hébergement se voulait transitoire dans l’espoir d’un relai politique. Nous n’avons jamais eu la volonté de normaliser le travail social gratuit, nous le faisons déjà touxstes suffisamment. Nous avons été bien naïf.ves de croire que notre action pourrait soudainement susciter l’intérêt de politicien-nes bien logé.es.
L’objectif de 43m2 a toujours été double : le premier objectif était de mettre la pression sur les conseiller-ère-xs et municipaux afin de tordre le cou à cette politique du thermomètre tellement déconnectée des réalités de la rue et de cette honteuse pénalisation du « camping sauvage ». Cet objectif n’est malheureusement pas atteint dans l’immédiat. Le canton et la municipalité n’apporteront aucune solution aux personnes dormant à la rue. La réponse qui nous a été donné suite à notre invitation à venir visiter le campement et à évaluer de leur propre yeux les besoins, a été de nous demander de renvoyer les personnes vers le bureau des réservations pour trouver un lit. Nous leur parlons d’une pénurie de plus de 100 lits et iels osent nous répondre d’envoyer ces personnes, pour la plupart dans la « dernière » catégorie des priorités, aux bureaux des réservations. Si la situation n’était pas tragique, nous en rigolerions presque. Malgré cette réponse méprisante, nous doutons qu’iels osent reproduire le même geste de fermeture le printemps prochain. Mais cela, nous le savons d’avance, ne sera pas grâce à nous car la municipalité ne réagit pas à la pression. Si les hébergements ne ferment pas, ça sera sûrement grâce à l’évaluation du canton sur les besoins de la rue.

Le deuxième objectif était de proposer une solution très concrète aux personnes à la rue. Celui-ci, on peut dire qu’on l’a atteint, du moins temporairement. A vrai dire on est nous-même surpris.exs de ce côté-là. Lorsqu’on a installé le campement, on a presque eu honte de ce qu’on proposait en terme de confort. On ne voulait pas tomber dans le piège de « iels sont sans logement, c’est toujours mieux que rien ». On souhaitait vraiment proposer une solution digne, même temporaire. Mais muni de nos quelques tentes, de nos palettes et de nos matelas fins, franchement, on n’était pas sûr.exs de nous. On avait même déjà préparé notre discours si notre campement restait vide, ou peu utilisé.
Et en fait, c’est autre chose qui s’est passé. On a été plein en quelques jours. Évidemment, la première raison d’y venir était simplement de pouvoir dormir à l’abri. Mais par la suite, c’est devenu un choix pour certain-exs personnes. Le confort du lit et la solidité des murs semblaient secondaires par rapport à la liberté éprouvée dans le lieu, à l’absence de contrôle, de réservation, à la possibilité de rester en journée ou de rester avec sa famille au complet, de se faire à manger à toute heure et de créer du lien. Ce qui nous paraissait à un moment indigne s’est révélé plus digne que d’autres hébergements.
Alors là-dessus, on est quand même un peu fier-ère-xs. On ne va pas non plus tomber dans un romantisme stérile ni tenter de créer une lutte sexy pour nourrir l’imaginaire de nos camarades. Très sincèrement, ce n’était pas toujours facile. Héberger 60 personnes sur un terrain d’environ 600m2 (on est bien loin de notre fameux 43m2), venant de cultures différentes, avec des vécus très différent, pour beaucoup d’entre elleux plutôt chaotique, et n’ayant pas décidé de vivre ensemble…bon…c’est un gros morceau. On est arrivé avec nos idéaux autogestionnaires. Assez rapidement on nous a demandé plus de cadre. On a donc pris le rôle par moment d’une autorité qui nous déplait mais qui nous semblait importante à prendre en charge puisq
ue c’était une demande. Il y a eu des bagarres soft, des insultes un peu moins soft, mais franchement, par rapport à la situation, aux vécus, à la promiscuité, aux préjugés dont on est touxstes pétri, à l’impossibilité de trouver une langue commune, à des murs en cartons (enfin des toiles de tentes), des personnes ultra couche-tard et d’autres ultra lève-tôt (environ 2h de silence complet par nuit, sans compter les ronfleureuses), l’absence de douche et les 30 degrés à l’ombre…bref, considérant tout ça, nous sommes surpris.xes d’à quel point les choses se sont bien déroulées.
Selon les dires de beaucoup d’usager-èrexs du lieu et ayant l’habitude d’autres hébergement, iels étaient étonné.exs de voir des gens de différentes communautés communiquer, tenter de collaborer, manger ensemble. Bon selon les dires d’autres mécontent.e.s, on était de mauvais travailleureusxes sociaux qui ne savions pas mettre un cadre strict (ok, on le prend comme un compliment aussi).

Alors on continue à dire que les hébergements d’urgence ne sont pas une solution sur le long terme, encore moins tels qu’ils sont pensés par des institutions n’ayant aucune connaissance des problématiques de la rue (catégorisation, horaires, pas d’accueil de jour, séparation des familles…). Il faut une réflexion bien plus large sur le logement.
Nous avons tenté de notre côté d’apporter déjà quelques réflexions et réponses à travers notre expérimentation et nous souhaitons continuer à le faire. La municipalité semble dire que nous ne sommes pas des partenaires sociaux fiables. Nous lui conseillons d’aller parler avec les usager-èrexs du lieu pour connaître notre fiabilité.
Alors voilà, on lève le camp. Dès lundi prochain, ce seront à nouveau 60 personnes de plus dans les rues. Alors on était un peu fier-èrexs de ce qu’on avait fait, mais on est tellement tristes et en colère de ne rien pouvoir proposer d’autres. En un mois, on a eu le temps de créer des liens forts et ça nous troue le bide de ne pas pouvoir faire plus.
Ca nous met aussi en colère que ca soit encore nous qui portions la responsabilité de mettre des personnes à la rue pendant que les politiques dorment tranquillement dans leur villa. Nous allons retourner dans nos maisons collectives, roulottes, apparts et les croiser dans la rue. Nous allons garder des liens avec certain.exs. Trouver peut-être des solutions temporaires pour quelques personnes. Mais globalement, iels retournent à la rue avec cette phrase qui raisonne en nous « ce n’est pas la météo qui tue, c'est la rue »
Dans ce cadre là, on a encore des demandes très précises/pragmatiques, pour des coups de mains précis :

- deux jeunes personnes sont à la recherche de débouchés professionnels et/ou de parrainage pour une formation, notamment dans l'ingéneurie du son,

- trois personnes particulièrement on un besoin concret d'hébergement transitoire, juste le temps de se retourner
> une personne vient de décrocher un emploi,
> une personne cherche activement et propose d'être logé dans une chambre familiale en échange de quelques heures de travail domestique varié
> une personne en recherche active a besoin de calme et de se poser pour se consacrer à ses recherches

- 50 autres personnes cherchent également des solutions de logement solidaire
> dont une personne qui a des problèmes de santé et qui a vraiment besoin de ne pas dormir dehors pour se rétablir,

- un couple venant de bulgarie désire rentrer, iels ont besoin de fonds pour l'aide au retour.
Vous pouvez contribuer via notre site :
https://43m2.ch/don.html

Par ailleurs, nos activités en tant que collectif ne s'arrêtent pas avec notre départ.
Vous pouvez continuer à nous suivre, nous soutenir et nous rejoindre.
N'hésitez pas à nous verser un petit don financier : https://43m2.ch/don.html
Et si vous voulez venir, dès mardi, nous aider à remettre les lieux en ordre, que vous avez un véhicule et des bras, welcome.

Pour les nombreux dons, les shifts remplis et le soutien, vous avez été formidables. MERCI
Pour nous communiquer avec nous, si vous pouvez nous aider pour une chose ou l'autre :
43m2@riseup.net
Bonjour,
Voici quelques besoins pour que la fin de ce campement se passe au mieux. Si vous avez l'occasion de nous apporter ça (ou l'une ou l'autre de ces choses, ce dont vos bras et porte-monnaie sont capable), ça nous aidera et déchargera beaucoup
- 4 grosses bouteilles de produits vaisselles
- 3 paquets de lait en poudre
- 8 litres d'huile pour cuire
- 5kg de sauce tomate ou conserves de tomates
- Papier cellophane & alu
- Habits (T-shirt, shorts, chemises) hommes principalement
- 4-5 rouleau 110L sacs poubelles (pour démontage du camp)
- Scotch, marqueurs (pour démontage)
Bonjour,
comme vous avez dû le lire, on lève le camp demain, lundi 4 juillet. En un mois de vie, beaucoup de choses ont pris place dans ce jardin. Alors si vous avez un petit moment, lundi dès 15h et mardi dès 10h, hésitez pas à passer et on aura sûrement besoin de bras. Si vous avez un véhicule, prenez le avec, on risque d'en manquer grave.

et si vous avez des solutions miracles d'hébergement, même pour quelques semaines, pour une ou 10 personnes, avec un lit ou pour mettre une tente dans un jardin, on est ouvert.exs à tout.

Merci à vous touxstes pour le soutien, les petits sacs apportés, les shifts remplis.

On lève le camp mais on ne disparait pas ❤️
ACTION URGENTE
MAINTENANT devant l’hôtel de Ville, Lausanne.
Protestons contre une politique du logement indigne de la dignité humaine.
43m2 lève le camp mais ne lâche pas le morceau !
Un toit c’est un droit ! A la muni et au canton de laver le linge sale !

-> venez en nombre et pour crier avec nous.
Action coup de poing 🤜
BESOIN DE MATERIEL
Des personnes sans solution de logement sont à la recherche de tentes au plus vite. Si vous en avez à donner, vous pouvez répondre à ce post ! Merci pour elleux
PAS FINI !
43m2 ce n'est pas fini, malgré la levée du camp.
Dans une démarche de visibilisation des histoires, parcours et besoins, nous récoltons des témoignages de personnes concernées.
On cherche des personnes pour nous aider dans les retranscriptions, cette semaine.
-> aide concrète, limitée dans le temps et qui fait la diff.
En cas d'intérêt/dispo, laissey un comm avc un moyen de vous contacter.
ou en écrivant @bip3773
Bonjour à tous.te.x.s,
Une personne vulnérable et sans logement va sortir prochainement de l'hôpital et aurait besoin d'un toit dès le 03.10, pour au moins quelques semaines. Il aura besoin de ce temps de transition pour reprendre ses forces.
Nous sommes à disposition pour en discuter plus en détails, n'hésitez pas à répondre ici si vous avez des solutions :)
Merci d'avance!
Communiqué de presse 43m2
Hébergements d'urgence - Table ronde à Lausanne
INVITATION - 43m2 ce n'est pas fini !!!

Nous vous invitons cordialement, ce vendredi (23 septembre) à 17h00 à la restitution publique de la table ronde du 14 septembre.
Au prog : restitution publique de ce qui a été discuté avec les autorités, questions et discussion collective pour la suite.

: à l'espace Néomartine (Rue des Côtes-de-Montbenon 15, 1003 Lausanne).

Pour rappel, le mercredi 14 septembre la ville de Lausanne a organisé
une table ronde à la maison du peuple de Lausanne à propos des
hébergements d'urgence. Elle y a convié certain.e.x.s acteurices de
terrain et les autorités publiques. Les personnes concernées n'ont pas
été invité.e.s, de même que de nombreuses associations et collectifs impliquées et solidaires. Nous souhaitons donc intégrer toutes les personnes concernées et intéressées.
Des journalistes sont convié.e.s également. Comme à notre habitude nous nous assurerons que l'anonymat de chacun.e.x est conservé.

D'autres news:
Inauguration du site internet monté par une équipe de cherchereuses pour documenter le camp.
Check ça : https://apalr.hetsl.ch/

On est toujours preneureuses de dons, pour la suite :
https://43m2.ch/don.html

Article récent :
https://lecourrier.ch/2022/09/19/vers-la-fin-de-la-logique-saisonniere
LaVoixdelarue_sept22.pdf
344.2 KB
Et si tu veux lire les personnes concernées à propos de leur réalité, check ça.