BDA ENSEIRB-MATMECA - ODS
272 subscribers
135 photos
2 videos
78 links
Canal informatif du Bureau des Arts de l'ENSEIRB-MATMECA

Embarquez vite, on part pour l'Odyss'Eirb des arts !
Download Telegram
to view and join the conversation
[P’ART’ENTHESESE n°42] [California – Mylène FARMER]

Salut, habitants de la belle école ENSEIRB-MATMECA ! On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle p’art’enthèse sur une chanson de la plus belle, la plus talentueuse, la seule et l’unique M Y L E N E F A R M E R et sa chanson California!

Mylène Farmer de son vrai nom Mylène Jeanne Gautier est née le 12 septembre 1961 à Pierrefonds au Québec, le meilleurs pays du monde. Ce qui fait déjà d’elle quelqu’un d’exceptionnel. Après avoir étudié le théâtre au cours Florent et avoir eu une courte carrière dans le mannequinat et la publicité elle se lance dans la chanson et en 1987 connaît ses premiers succès.


🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤 🎤


Mais venons-en à LA chanson qui nous intéresse : California. Sorti en 1995 sur l’album Anamorphosée, California est la chanson la plus diffusée en radio au printemps 1996 (il y a 25 ans !). Comme la plupart des chansons de Mylène, les paroles sont d’elle sur une musique de Laurent Boutonnat. L’inspiration de la chanson parle d’elle-même, et Mylène est peut-être par son éloquence incroyable la plus à même à en parler : “[…] Los Angeles, en Californie, a été un passage très important, vivre neuf mois dans un pays, dans une ville n'est pas neutre. Cette chanson California est née effectivement de ce passage.” Mylène Farmer - Radio 21 – 1995. Et cette chanson contient cette hypnose que peut provoquer le choc avec une pareille ville.


👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰 👩🏻‍🦰


Musicalement, la chanson reste très ‘Farmérienne’, dans son époque, avec les synthétiseurs numériques de la fin des années 90, à une époque ou l’industrie bascule vers l’utilisation des ordinateurs qui permettent toujours plus d’excès en terme de production. Cependant, Mylène a le goût (et dieu sait qu’elle en a beaucoup) de changer les arrangements à chaque tournée. Dans son dernier spectacle (et quel spectacle), l’utilisation du son de piano plus vintage vient teinter d’une couleur différente la chanson.

Parlons maintenant des paroles, car Mylène est avant tout une chanteuse à textes. Qu’a-t-elle donc retenu de ce passage à Los Angeles ? Cette chanson est un appel à tout quitter, et si cette thématique est très commune dans les chansons en général (Ben Mazué dit d’ailleurs que c’est un thème passe-partout), cette chanson possède ce paradoxe que tout quitter rime ici avec abandon, abandon aux excès, le sexe, l’alcool, la drogue tous ces ‘vices’ que peut offrir Los Angeles, sans aucune retenue : « LAPD me donne un blâme, c’est pas le drame ». Texte tourné vers la cité des Anges certes mais qui n’en n’oublie pas sa culture française en faisant un clin d’œil à Apollinaire et son poème Le pont Mirabeau tiré du recueil Alcools « Vienne la nuit sonne l’heure » au lieu de « Vienne la nuit sonne l’heure les jours s’en vont je demeure » du poète, là encore, référence aux excès (Un titre qui parle de lui-même).

Quid du visuel ? Mylène Farmer est aussi connue pour ses visuels, ses shows sont très réputés, et n’ont rien à envier à ceux du King Of Pop ! Ses clips sont également d’une grande qualité et celui de California, tourné à L.A n’en est pas l’exception. Réalisé par l’américain Abel Ferrara avec l’acteur Giancarlo Esposito. Il met en scène deux femmes toutes deux jouées par Mylène, l’une dans le milieu bourgeois avec un compagnon toxique et l’autre prostituée prise au piège d’un dangereux proxénète. Je vous invite à aller voir ce clip pour découvrir la fin surprenante ! Le live de la tournée qui en suivit est quant à lui beaucoup plus sobre, pas de danseuses, pas de grande chorégraphie. Mais une Mylène charismatique, comme à son habitude.


Voilà, sur cette longue P’Art’Enthèse, je vous laisse (re)découvrir cette fantastique chanson qu’est California !

Loïc, fan de Mylène depuis deux générations.
[P'ART’ENTHÈSE N°43] [TITANFALL 2]​

COUCOU L’ENSEIRB !!!!!!​

J’espère que tu vas bien, je peux te dire qu’au moment où j'écris ces mots ça va bien de mon coté. ​

Mais trêve de mondanités, venons-en à nos moutons, aujourd’hui on va parler de Titanfall 2, un jeu développé par Respawn Entertainment, édité par Electronic Arts et sorti en 2014. 🔥🔥

Mais alors, me diras-tu, pourquoi parler de Titanfall 2 qui est, fatalement, la suite de Titanfall premier du nom alors que Titanfall premier du nom existe ? ​
Et bien c’est très simple : Titanfall 2 possède une campagne solo des plus qualitatives. Et je vais donc en parler tout de suite. 🔥

Titanfall c’est un univers de science-fiction dans lequel l’humanité s’étend hors du système solaire. Comme toute bonne histoire de science fiction, y’a conflit entre un mégaconglomérat industriel exploitant les ressources (l’IMC) et les humains exploités par ledit mégaconglomérat (la Milice). Et dans le monde de Titanfall, la guerre 🔥🔥 se fait avec des robots-IA-exosquelettes appelés Titans (mais aussi des soldats humains, ça coûte cher de construire des Titans). ​

Maintenant que les bases sont posées, passons à l’histoire de Titanfall 2. ​
Notre vaillant protagoniste est un combattant de la Milice : le fusiller Jack Cooper, qui sert aux côtés du Capitaine Latimosa, le pilote de BT-7274, un Titan plutôt balèze. 🔫🔫
Malheureusement, à l’approche d’une planète 🪐 que veut conquérir la Milice, le vaisseau transportant Cooper et Latimosa est détruit par les forces de l’IMC. S'ensuit une rapide séquence de bataille en pleine forêt alien où les forces miliciennes sont décimées par les robots-soldats de l’IMC. Tout semble perdu pour notre héros jusqu'à ce que le Capitaine Lacrimosa et BT-7274 arrivent et sauvent Jack Cooper. 🤩
Dans la bataille, Lacrimosa est fatalement blessé et transmet le droit de pilotage de BT-7274 à Cooper. 🚁
Les directives pour Cooper sont claires : aidé par BT il doit découvrir le projet secret que l’IMC développe sur la planète et contacter la flotte milicienne. Une rapide phase de pseudo exploration sous prétexte de trouver des batteries pour le Titan permet au joueur de se constituer un arsenal à son goût et de s’acclimater à l’excellent mouvement du jeu. Respawn a réussi à créer un système de mouvement dynamique, fluide et précis. Hors d’un Titan on peut sauter, courir sur un mur, sauter du mur et utiliser son jetpack pour effectuer un double saut des plus agréables. Un fois dans un Titan, les mouvements sont plus lents, restraints, on ressent le poids, l’inertie du Titan (qui dispose quand même d’un dash pour se sortir de situations délicates).​

Et c’est alors que le jeu s’ouvre, alternant phases à pied, éloigné de votre Titan ou simplement accompagné par ce dernier, et phase de combat entre Titans. ​
Tout au long du jeu, des options de dialogue permettent d’en apprendre plus sur votre nouveau Titan, sa relation avec le Capitaine Lacrimosa, son avis sur Cooper. 🛸 Ces discussions n’ont aucune influence sur l’histoire, qui est soit dit en passant extrêmement linéaire, mais permettent au joueur de créer un lien d'affection 💖 avec BT, le seul compagnon avec lequel on est toujours en contact au cours du jeu.​

Un bon jeu solo, c’est aussi de bons boss. Surtout quand comme Titanfall 2 le jeu est très linéaire. Dans Titanfall 2 chaque boss est un mercenaire de l’APEX 🧤 (si ça te dis un truc on en reparle dans les PS) qui fait l’usage d’une arme unique équipée sur son Titan. Une fois un boss battu, on récupère son arme et on peut l’utiliser avec BT. Toutes ses armes permettent de modifier l’approche des combats à bord de BT. 🗡🗡 C’est très très cool.​

Un détail qui a son importance dans un fps : le ressenti lors de l’utilisation des armes ! ​
Eh bah c’est vachement bien ! Les armes sont toutes agréables à utiliser et possèdent un “poids” à l’utilisation. Le sound design et les animations sont de plus excellents. 🤩🤩
Du coup, Titanfall 2 en solo c’est bien, et j’irai même jusqu'à dire que c’est l’une des meilleures campagnes solo dans un FPS de ces 15 dernières années.​
Certes Respawn n’a pas réinventé la poudre mais tout est calibré au plus juste, tout est agréable.​
Les serveurs multi sont toujours utilisés, le jeu a même profité d’un regain d'intérêt après être passé gratuit sur steam pour un weekend fin avril. ​
Le jeu coûte actuellement 29€99 💲 sur Steam 🎮, ce qui est à mon avis un peu cher si vous comptez faire que le solo. Cependant si jamais il tombe sous les 10€ en soldes foncez ! 🤩

Conks, qui met ses révisions entre p’art’enthèses 😎

PS : Titanfall 2 c’est bien 😉
PPS : attendez des soldes cependant 💰
PPPS : stonks les réducs ↗️↗️
PPPPS : l’histoire est bien 📖
PPPPPS : mangez des kiwis 🥝
PPPPPPS : demain c’est les derniers PPC de l’année 🥕😢
PPPPPPPS : y’a des kiwis 🥝 dedans​
PPPPPPPPS : Les boss qui font partie de l’APEX … 😎
PPPPPPPPPS : figures-toi que APEX Legends se passe dans le même monde que Titanfall 😯
PPPPPPPPPPS : ça tourne aussi sur le même moteur 🎮
PPPPPPPPPPPS : un version modifié du vénérable moteur Source de Valve 🕹
PPPPPPPPPPPPS : une p’art’enthèse sur Source un jour ? 😍
PPPPPPPPPPPPPS : pour piquer un PS à ELT : Myst’eirb et boule de gomme 🤔
PPPPPPPPPPPPPPS : bref​
PPPPPPPPPPPPPPPS : courage pour la fin des partiels tout le monde 💪
PPPPPPPPPPPPPPPPS : ODS 🧡🖤
[P’ART’ENTHÈSE N°44] [CARBON KILLER]


Salut l’ENSEIRB! 😁


Il fait chaud 🌡️, il fait (presque) beau ☀️, et il est l’heure pour une toute nouvelle P’art’enthèse 🥰 ! Alors j’espère que vous aimez les néons et les synthés sur fond de guitare saturée parce qu’aujourd’hui, on va parler de Carbon Killer .

Carbon Killer est un groupe de synthwave et plus précisément darksynth, originaire de Bordeaux. Mais tout d’abord me direz-vous : c’est quoi la synthwave? 🤔


Quand je vous parlais de néons tout à l’heure, ça n’était pas un hasard. La synthwave est un sous-genre de la musique électronique reprenant les codes des années 80 autant sur le plan esthétique que sonore. Bonjour les grilles et vieux graphismes 3D, accompagnés du son de synthés mythiques comme le Juno 6 pour n’en citer qu’un. Il est commun de considérer que le genre a plus ou moins été inventé par le français Kavinsky et sa chanson Nightcall (que l’on peut entendre dans la BO du film Drive). Bon, vous avez les bases. Maintenant prenez ça, et faites un joli mélange en y rajoutant de la saturation, de la guitare et une lourde ambiance et vous avez Carbon Killer. 👈


Ce groupe se fait principalement connaître par ses concerts et franchement ça vaut le détour, rien que pour pouvoir profiter du spectacle 🤩. Enfin c’est vrai quoi, des néons clignotants disposés en forme de soleil devant lequel se donnent des énergumènes masqués… vous avez compris l’idée. Côté son (parce qu’il faut bien en parler tout de même), c’est une ambiance particulière qui vous attend. Tantôt dansante comme dans The Runawaay Pt 1, tantôt lente et mélancolique dans le cas de Under the Skin, vous vous trouverez transporté dans un monde urbain, nocturne et impitoyable. Marcher dans une rue sombre sous une pluie incessante, par une nuit sans fin, voilà à peu près comment je me représente la chose. Un monde dans lequel il ne fait sans doute pas bon vivre (vous n’aurez qu’à demander au personnage de la chanson Neon Sign), mais à travers on se laisse malgré tout volontiers porter par Carbon Killer le temps d’un album, voire toute leur discographie si vous en avez le temps. Mais ne me croyez pas sur parole : l’expérience Carbon Killer c’est aussi (et surtout?) leurs live dans de petites salles cosy (sur Bordeaux bien entendu mais pas que!) et je ne peux que vous encourager à aller les voir! 👀


Voilà voilà, vous êtes à présent dans le secret! Alors foncez, faites vibrer vos oreilles, pour ma part je vous dis à la prochaine pour une autre p’art’enthèse toute clignotante! 💡

Perturbat’eirb, qui aime décidément bien les néons 😎

PS: Carbon Killer 🤩
PPS: la synthwave c’est trop bien 👌
PPPS: All Cyborgs Are Biomechanical https://youtu.be/7-NpBk4eo7U 👈
PPPPS: je reviendrai vous parler de synthés, c’est promis 😉
[P’Art’enthèse n°45 ] [Peinture] [Les Éléments & Les Saisons]

Bonsoir l’enseirb ! 😄

Cela fait très longtemps que nous n’avons pas évoqué le 3ème art, à savoir la peinture, dans ce format 🎨. Accrochez-vous bien, car nous allons y remédier de suite. Et donc sans plus tarder, ouvrons la p’Art’enthèse de la semaine ! 😇 (

⭐️ L’artiste mis à l’honneur ⭐️
Giuseppe Arcimboldo est un peintre milanais du XVIè siècle connu pour avoir servi la cour de Maximilien II de Habsbourg, à Vienne. On l’associe au maniérisme. Ce mouvement artistique naît en réaction au perfectionnisme de la Renaissance. Il casse les symétries et les proportions pour laisser plus de place au mouvement et à la discontinuité.

1️⃣ 2️⃣ 3️⃣ 4️⃣ Les oeuvres 5️⃣ 6️⃣ 7️⃣ 8️⃣
Cette fois-ci, on ne va pas s’intéresser uniquement à un seul tableau, ni deux, ni trois, ni quatre, ni cinq, ni six, ni sept mais bien à huit 🤯. Je vous l’ai dit plus tôt, cela faisait longtemps que l’on avait pas parlé peinture. On se rattrape comme on peut, et puis de toute façon, c’est les vacances, on a bien le temps pour une petite brasse. 🏊‍♂️ 🏊‍♂️ 🏊‍♂️
Il est donc question de huit huiles sur toiles dans cette p’Art’enthèse. Elles sont toutes de dimensions 76 x 64 cm. Des copies réalisées par le peintre lui-même sont aujourd’hui exposées à Paris, au musée du Louvre.
Ces chefs d'œuvres sont regroupés en deux séries. La première date de 1563 et s’intitule “Les Saisons”. Elle comporte:
Le Printemps 🌼 🌼 🌼
L'Été 🌞 🌞 🌞
L’Automne 🍂 🍂 🍂
L’Hiver ❄️ ❄️ ❄️

La seconde fut achevée en 1566 et a le très bon goût de se nommer “Les Éléments". Sans grande surprise, elle se compose de:
L’Air 🌬 🌬 🌬
Le Feu 🔥 🔥 🔥
La Terre
L’Eau 💧 💧 💧

Notre peintre milanais avait oublié l’éther. On l’excuse (non 👿).
Ces tableaux forment un tout: on ne peut pas en présenter une sans parler des autres. Offertes à Maximilien II de Habsbourg en 1569, elles furent accompagnées de plus de 300 vers explicatifs 📜. Ces poèmes avaient pour but de donner du contexte aux œuvres afin d’éviter des interprétations burlesques sapant la crédibilité des dirigeants. Ce fut
Giovanni Battista Fonteo, un collaborateur de Giuseppe Arcimboldo qui les écrivit 🖊. Je vous fais grâce de ce recueil. Concentrons-nous plutôt sur la première série d’huile sur toile.

🌼 🌞 Les Saisons 🍂 ❄️

🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼Le Printemps est une composition florale. La chevelure est un bouquet chamarré où s’entrelacent des pousses pleines de vie. Des bourgeons font office de lèvres pulpeuses, alors qu’une énième fleur est suspendue à une pivoine orangée à la manière d’une boucle d’oreille. Un collier de pissenlit habille le cou, au-dessus d’une épaule-chou.
🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼🌼

🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞
L'Été a le nez en courgette. Une cerise dans l'œil. Et de surcroît, le malheureux s’est pris une pêche sur la joue. Malgré cela, il semble arborer un sourire de banane à même de faire rougir les tomates que l’on propose dans nos PPC… bien qu’il ne s’agisse en réalité que d’une cosse de pois. Le costume de cet étrange personnage est aux couleurs du soleil, formé de pailles et d’épis de blé.
🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞🌞

🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂
L’Automne a ses cheveux mi-longs, taillés dans les vignes de raisins, tout autour d’une citrouille. Serait-ce une calvitie ? Quoiqu’il en soit, cet homme a la pêche, du moins une pêche sur le nez, ou plutôt une pêche en guise de narines. On peut également reconnaître une prunelle pour l'œil qu’il nous est donné de contempler ! Un baril en bois dessine le contour du buste afin de compléter cette allégorie au breuvage préféré de Dionysos (pour ceux qui n’ont toujours pas lu Percy Jackson, je fais bien évidemment référence au coca light).
🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂🍂
❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️
L’Hiver est ridé par le bois dégarni où seule une timide pousse de lierre clairsemée constitue la chevelure éparse. Un champignon forme la bouche et illustre la faiblesse ou la maladie de cette sylvestre créature. Seuls un citron et une clémentine apportent une touche de couleur témoignant d’une vie qui ne s’est pas encore totalement échappée de ce corps frêle.
❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️❄️

Avez-vous remarqué une certaine continuité sur ces quatres huiles sur toile ? 🧐
Alors que le Printemps semble être un enfant 👶, l’Eté paraît plus âgé 🤵. L’Automne, quant à lui, prend les traits d’une personne mûre 🧓, tandis que l’Hiver se trouve à l’article de la mort 💀.
Ces personnifications des saisons suivent le cycle de vie d’un être humain. Certains trouveront cela cohérent au premier abord: une correspondance entre les saisons et l’âge. En y réfléchissant un peu plus, on peut même se convaincre qu’il s’agit là d’une très jolie manière de personnifier les différentes étapes d’une année. 🗓

Mais comment peut-on expliquer cette apparente cohésion ? 🤔
On peut expédier cette question en arguant l’influence du romantisme et l’importance de la notion du “temps qui passe” sur notre peintre milanais ainsi que sur nos esprits emprunts d’un spleen baudelairien. Mais je m’égare. Et cela serait même un anachronisme éhonté de soutenir un pareil discours 😬. D’autant plus que de telles réflexions nous privent d’un voyage à l’époque de la Grèce antique 😢. ET ÇA !... Votre BDA ne peut tout simplement pas le cautionner. Alors on se dépêche et on embarque pour le monde d’Hippocrate ! ⛵️ ⛵️ ⛵️

🧠 🩸 La Théorie des Humeurs 💓 💧
Hippocrate. Ce philosophe grec surnommé le “père de la médecine". Celui ayant donné son nom au serment que prêtent encore aujourd’hui les professionnels de santé. Tout vient de lui, quatre siècles avant notre ère. ⚕️ ⚕️
Tiens, tiens, tiens… Quatre ? Croyez-moi, on n’en a pas fini avec ce nombre.

Pour la médecine de l’époque, quatre flux régissent l’état de santé d’un être humain. Le sang provenant du coeur, la bile jaune formée par le foie, la bile noire aggrégée dans la rate et la phlegme parcourant le cerveau. Ces liquides étaient désignés par le terme “humeur”. Et sans mauvais jeu de mots, une “saute d’humeur” pouvait alors traduire un déséquilibre de flux, entraînant une maladie voire la mort… ☠️ ⚰️
Un de ces flux étaient néanmoins légèrement prédominants sur les trois autres. Pour connaître ce dernier, deux variables entraient en jeu: l’âge du patient et la saison dans laquelle on se trouvait. Ainsi, on liait :
L’enfance et le printemps par le sang 🩸
La jeunesse et l’été par la bile jaune 🟡
L’âge mûr et l’automne par la bile noire ⚫️
La vieillesse et l’hiver par la phlegme 🧠

Cette théorie perdura jusqu’au XIX siècle car elle réunissait alors deux concepts fondateurs: les étapes de la vie d’un humain au cycle de la nature. Son influence se retrouve dans l'œuvre de Giuseppe Arcimboldo où les saisons sont belles et bien marquées et personnifiées comme le décrit la Théorie des Humeurs. 🧙

Mais cette théorie allait encore plus loin. 4️⃣ 4️⃣ 4️⃣
Quatre humeurs, quatre saisons, quatre âges et… quatre éléments ! (coucou @element’eirb). Ainsi, pour s’ancrer encore plus dans cette représentation de la vie, Giuseppe Arcimboldo peignit “Les Éléments" afin d’accompagner “Les Saisons”. Je laisse ma plume à Giovanni Battista Fonteo pour expliciter les correspondances:

📜 “L'Été est chaud et sec comme le Feu. 📜
📜 L'Hiver est froid et humide comme l'Eau. 📜
📜 L'Air et le Printemps sont tous deux chauds et humides. 📜
📜 Et l'Automne et la Terre sont tous deux froids et secs." 📜

Les deux séries “Les Elements” et “Les Saisons” sont donc indissociables et se répondent l’une à l’autre. ♻️

🔥 💧Les Éléments 🌬
🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥
L’allégorie du Feu voit sa chevelure de bois s’embraser. Elle n’a pas encore allumé les bougies de ses yeux pour enflammer son regard, mais cela ne saurait tarder, tant les braises rougeoient. En attendant, pistolet, canon et mortier sont prêts à l’emploi au niveau du torse. Peut-être pour des négociations musclées en vue d’un partenariat ?
🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥🔥

💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧
L’allégorie de l’Eau se compose d’une multitude de créatures sous-marines que seule une logistique bien rodée est à même de dompter. La bouche est un requin, la joue une raie devant laquelle se trouve un coquillage en guise d’oreille. Au-dessus, la coiffe d’anguille et de maquereau semble tenir par on ne sait quel miracle.
💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧💧

🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬
L’allégorie de l’Air est un agglomérat de créatures ailées, parmi lesquelles: un paon avec sa robe déployée comme épaule, un perroquet et un hiboux pour le coup et un faisan dessinant un menton proéminent avec sa queue. La multitude regarde dans toutes les directions et guette le moindre événement pouvant survenir.
🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬🌬


L’allégorie de la Terre réunit entre autres lion, renard, lièvre, rhinocéros, guépard, singe, éléphant et élan. Uniquement des animaux ont été utilisés pour ce visage. Le buste se constitue de peaux de lion et de bélier en références au lion de Némée et à la toison d’or. Juste au-dessus, un daim semble servir d’écharpe afin de préserver la gorge de la Terre pour qu’elle puisse continuer à nous communiquer sa bonne... humeur.


Les descriptions ci-dessus restent incomplètes 😓. N'hésitez pas à scruter par vous-même ces tableaux et à lire les articles suivants qui dénichent bon nombre de références mythologiques grecques:
Pour les saisons: 🌼 🌞 🍂 ❄️ http://palagret.eklablog.com/arcimboldo-les-quatre-saisons-portraits-illusionnistes-composes-de-fle-a114975590
Pour les éléments: 🔥 💧 🌬 http://palagret.eklablog.com/arcimboldo-les-quatre-elements-portraits-composes-a114822314

Et c’est ainsi que se referme cette p’Art’enthèse. )

Pour vous servir (des fruits et des légumes),
Pti π’eirb 🥝

P.S. : Giuseppe Arcimboldo 🎨
P.P.S. : peintures originales sur les saisons et les éléments 🍂 💧
P.P.P.S. : Open perdu l’éther 😢
P.P.P.P.S. : PPC 🍅
P.P.P.P.P.S. : BDA 💙 💙
P.P.P.P.P.P.S. : BH 6 🧽
P.P.P.P.P.P.P.S. : Barcasse 🛶
P.P.P.P.P.P.P.P.S. : Bouki 📚 📚 📚
P.P.P.P.P.P.P.P.P.S. : 📚 📚 📚 📚 📚 📚
[P'ART'ENTHÈSE N°46] [CLIMAX]


HEY L’ENSEIRB !!!!!! 🔥


Oui, les vacances ont commencé et c’est le moment pour toi de te lancer dans tout un tas de projets, mais aussi de pleinement te reposer 😴. Si je t’écris ces quelques mots aujourd’hui, c’est pour pimenter un peu cet été en te parlant d’un film d’un réalisateur sulfureux, le dénommé Gaspar Noé et de son film fantasmagorique


Climax


Afin de saisir toute la singularité qui se dégage de Climax, une petite rétrospective sur son réalisateur s’impose. Réalisateur d’origine argentine arrivé en France dans sa jeunesse, il s’est fait un nom dans le milieu du cinéma par ses films visant non pas à livrer sur un tapis une histoire que le spectateur se contente de suivre, mais à provoquer son spectateur, à lui faire vivre l’histoire, à lui faire éprouver des choses. Bref, en 2002, son film Irréversible, sans doute le plus connu, déchaîne le festival de Cannes avec des journalistes sortant en plein milieu de la séance en rogne, avec des mots à la bouche tels que “scandaleux”, “une honte” 🥵 (voici un petit lien avec les vraies réactions : https://www.youtube.com/watch?v=LTPdB357SoI). Puis, en 2009, il sort son film le plus personnel pour l’instant, celui sur lequel il a consacré énormément de temps, le dénommé Enter The Void, film au générique (pour le voir c’est ici : https://www.youtube.com/watch?v=U-TeW3ezLKc) des plus iconiques que le cinéma ait proposé ces dernières années, et qui met directement dans l’ambiance de ce trip esthétique et sensoriel.

C’est en 2015 qu’un nouveau scandale éclate suite à l'interdiction aux mineurs de son film Love 🔞, en raison d’un grand nombre de scènes de sexe frontales présentées à l’écran et le tout visionnable en 3D au cinéma 👀. Tout ça pour dire que Gaspar Noé est un réalisateur ayant fait couler beaucoup d’encre, et ses projets ne laissent pas indifférent, ils divisent. Certains l’adulent, d’autres le haïssent. Chacune de ses créations est un champ rempli de matière à penser qui ne peut laisser indifférent tout humain sensible à l’art et de manière plus général au monde qui l’entoure.



En 2018, Gaspar Noé a présenté à Cannes son film Climax, le sujet de la p'art'enthèse de la semaine. Un de mes films préférés car il correspond à mon sens à ce que le cinéma sait faire de mieux, c’est à dire une combinaison parfaite entre l’image 🎞️ et le son 🔊 afin de créer son histoire, son ambiance. Mais avant toute chose, de quoi parle Climax ? Alors en fait le synopsis est simple, on assiste à la dernière séance de répétition d’un groupe de danseurs 💃🏻 avant qu’ils réalisent leur tournée, mais une ambiance étrange commence à se créer au fur et à mesure que la soirée avance, jusqu’à atteindre un point de non retour. Climax est ce qu’on pourrait appeler un film coup de poing 👊. Un film qui, une fois le visionnage fini, ne nous quitte plus. Il nous hante. Il nous fascine. Une œuvre marquante. Bon, les superlatifs c’est bien joli, mais je ne vous ai encore rien dit de bien concret, j’y viens justement. Avant tout, il faut se dire que Climax a été tourné en 15 jours, ce qui est très peu pour un film, et que l’ensemble des scènes ont été tournées dans l'ordre chronologique afin de mieux capter l’ambiance et la progression psychologique qui affecte les personnages. Si vous décidez de lancer le film avec ce peu de détails, c’est déjà un grand pas, et cela veut dire que vous me faites entièrement confiance, mais vous allez vite être déstabilisé par ces 10 premières minutes inhabituelles. Vous allez trouver ça étrange, mais s’il vous plaît, continuez la lecture, soyez curieux, parce que le film vaut déjà le coup d'œil pour ses chorégraphies à couper le souffle, réalisées en majorité par de vrais danseurs, parce que oui, une bonne partie des comédiens de ce film ne sont pas acteurs, mais danseurs.
Puis Climax vaut également le coup d'œil pour sa bande originale absolument électrisante , avec un morceau des plus terrifiants et jolis que j’ai entendus : Sangria de Thomas Bangalter, composé spécialement pour le film. La musique a une importance capitale dans ce film, puisque vous allez en entendre sans pause. Elle va vous monter à la tête, cela sera un bruit de fond permanent, un bruit qui, à force, va vous essouffler, vous épuiser. Parce que Climax c’est comme une course d’endurance, il faut tenir jusqu’au bout.

C’est un film qui commence doucement en présentant dans un premier temps des scènes variées, entre chorégraphies, dialogues et débuts de soirées pour sombrer peu à peu, et finir par montrer des êtres humains ayant perdu toute réflexion logique et mesurée, et agissant seulement à l’aide de leur instinct primitif animal. Cette descente aux enfers est terriblement puissante en raison du fait qu’il s’agit d’un huis-clos, dans lequel nous sommes enfermés avec les personnages, nous n’avons aucun moyen d’en sortir, mais aussi le tout ne serait pas aussi fabuleux si Gaspar Noé ne nous avait pas proposé une mise en scène des plus marquantes. En effet, Gaspar Noé ce n’est pas un réalisateur filmant avec des plans fixes, des champs contre-champs pour se faciliter la tâche, non, ici il va nous emmener avec lui au plus près de la détresse psychologique de ses personnages, à l’aide du plan séquence. Des plans séquences ahurissants de maîtrise, vous faisant vivre la soirée en temps réel, dans un chaos total. Des plans renversants, au sens propre 🙃, toujours dans un but de nous déboussoler, de nous faire vivre le cauchemar dans lequel les personnages sont plongés. Quand le film décide de nous faire du mal, il le fait, et d’une manière viscérale, visant à augmenter l’oppression, toujours à l’aide d’une réalisation maîtrisée, et des scènes absolument terrifiantes psychologiquement, dont on se souvient encore après l’apparition du titre. Les cris, les hurlements, les regards apeurés, les marches de travers, la parano…, tout monte si vite dans ce chaos total qui nous détruit peu à peu psychologiquement, mais dont notre regard ne peut quitter l’écran, tant ce que l’on voit est unique.

Ne pas regarder ce film, cela serait également passer à côté de l’incroyable travail fait sur la photographie avec des couleurs rouges, vertes très dérangeantes dans leur composition. Et on doit tout cela à Benoît Debie, chef opérateur que l’on peut retrouver déjà dans Irréversible, Enter the Void et Love de Gaspar Noé, mais aussi Spring Breakers de Harmony Korine, l’un des grands films des années 2010, mais dont aucune p’art’enthèse ne sera faite, tant le sujet peut être glissant, mais voyez ce film 👌.


Au début j’ai évoqué que Climax était un film coup de poing, afin d’être sûr qu’on se soit compris, dans cette catégorie on retrouve par exemple Requiem for a Dream, Black Swan, Orange Mécanique, Funny Games, Dog Pound, Irréversible, des films qui à la fin du visionnage nous laisse avec un “WOW😮, un “Je vais avoir du mal à m’en remettre", et c’est totalement ce qui va se passer si vous décidez de vous prêter au jeu et de regarder, enfin vivre, Climax.



En bref, Climax est un film qui grâce à ses chorégraphies fascinantes de maîtrise, sa réalisation et sa photographie créent une ambiance si particulière, qui se vit, qui s’expérimente, mais tout est psychologique, aucune violence physique (quasiment). Climax n’est pas un film qu’on regarde le soir pour se détendre, ou qu’on regarde tout simplement, Climax c’est bien plus une expérience éprouvante, une expérience qu’on subit, une expérience qu’on ne vit pas tous les jours. Un film hypnotisant dont on ne ressort pas indemne, mais qui à mon opinion fait ressortir à lui tout seul l’essence même du cinéma, c'est-à-dire une combinaison folle et intelligente entre image et son.
A vous de voir, mais il faut parfois sortir des sentiers battus, tenter de nouvelles expériences, et dans le pire des cas, il s’agit juste de 1h30 de déplaisir, mais vous aurez appris des choses, et connu un nouveau nom, celui de Gaspar Noé 😎.


Merci d’avoir lu.


Quentin, un fan de cinéma, qui reviendra prochainement avec une p’art’enthèse sur l’une des meilleures séries TV à ce jour, mais ayant eu peu de reconnaissances malheureusement. Bien entendu, je suis là pour rétablir la vérité, et je suis sûr que vous avez deviné le nom de cette série 🤖.


PS : Ne regardez pas Climax, vivez-le!
PPS : D’autres films qui sortent des sentiers battus en recommandation prochainement 👀
PPPS : Si Requiem for a Dream a été un choc, Climax le sera aussi
PPPPS : Vive le cinéma 🎬🎥
PPPPPS : Goodbye Friend.
PPPPPS : ODS 🧡🖤